Place de la femme

Ce mois-ci, TAF INTERIM a choisi de mettre en avant les femmes dans des métiers dits masculins. Nous vous présentons le témoignage de Vanessa, Soudeuse.

En effet, nous avons beau être bientôt en 2019, il n’en reste pas moins difficile d’être une femme reconnue dans son travail et surtout dans le secteur de l’Industrie.

Vanessa, Jeune maman et soudeuse professionnelle, intérimaire chez TAF INTERIM, a immédiatement accepté de répondre à quelques questions sur ce récurrent sujet :

« La place de  la femme dans les métiers du bâtiment et de l’industrie. »

Et c’est en fière porte-parole qu’elle encourage toutes les jeunes filles et femmes à exercer ces métiers dit «  métiers d’hommes ».

Vanessa, pourquoi avoir fait ce choix de métier et à quel moment avez-vous pris cette décision?

« Un changement de vie après une séparation suivi de la rencontre avec mon nouveau compagnon. Nous partageons la même passion qui est le sport automobile. C’est donc au fil du temps que j’ai commencé à réparer des voitures et donc appris à souder. »

Pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

« J’ai commencé par des études d’aide-soignante, mais très vite je me suis reconvertie en faisant une formation de soudeuse ( cqp Soudeur). J’étais la seule femme. Cela a été compliqué pour Pôle emploi de me positionner et de trouver une alternance. Je me suis accrochée mais même après 7 années d’expériences, certains employeurs sont réticents à intégrer une femme au sein d’une équipe masculine. J’ai souvent entendu qu’un atelier de soudure n’était pas un lieu de travail approprié pour une femme ! »

Quel est votre ressenti aujourd’hui ?

« Même si cela reste très difficile de faire évoluer les mentalités et d’obtenir une réelle reconnaissance en tant que femme parmi les hommes, j’aime ce que je fais. Ce métier m’apporte beaucoup, on apprend chaque jour et même si parfois le moral est au plus bas, je compte bien me faire une place dans ce domaine. Avec mon compagnon, nous faisons le même métier dans 2 secteurs différents et nous échangeons sur nos journées. J’adore ces conversations. J’espère vraiment pourvoir continuer dans cette voie tout en ayant conscience que physiquement et avec les années cela se compliquera certainement (brûlures, bruits, fumées toxiques, port de charges lourdes), mais la passion du métier l’emportera j’en suis sûre. »

Pour terminer, Vanessa, quelles sont vos perspectives d’avenir et votre souhait ?

« Afin de pouvoir être l’égal de ses collègues en atelier, il faut faire ses preuves chaque jour voir être meilleure qu’eux ! Je compte bien démontrer que l’on peut être une maman, féminine et sexy, tout en aimant ce métier « dit masculin ». Porter un casques, des gants et un bleu de travail fait partie de mon quotidien et lorsque la journée se termine, je redeviens uniquement une maman, une épouse. Mon souhait serait que les femmes osent ces métiers du Bâtiment et de l’industrie. »